Oncologie : une première AMM en nom propre pour Servier au Japon

25/03/2020

Servier a reçu, le 25 mars, l’autorisation de fabrication et de mise sur le marché au Japon d’un médicament de son portefeuille en oncologie.

Ainsi, en juin 2020, Nihon Servier commercialisera, sous son propre nom, son tout premier traitement en oncologie au Japon. Une première, qui ouvre de nouvelles perspectives pour la filiale japonaise de Servier. Interview d’Éric Delarge, son directeur général.

 

En quoi est-ce important pour Servier, et plus particulièrement pour Nihon Servier, d’avoir un premier produit en nom propre au Japon ?

Éric Delarge : Présent au Japon depuis 1981, Nihon Servier fonctionnait jusqu’alors selon un modèle commercial basé uniquement sur le transfert de licences du Groupe à des sociétés pharmaceutiques locales. Le Groupe s’orientant progressivement vers l’oncologie, nous avons entamé il y a quelques années une réflexion stratégique sur la manière d’établir une présence commerciale viable au Japon. Résultat, nous avons décidé de développer Nihon Servier en tant que société de soins spécialisés, dans le domaine de l’oncologie pour commencer.

Ce médicament est le premier produit d’oncologie qui ouvre la voie à une nouvelle ère commerciale pour Servier au Japon. Notre Centre International pour la Recherche Thérapeutique local poursuivra le développement clinique des produits de soins primaires et spécialisés afin que Servier conserve le contrôle total sur ses nouvelles entités chimiques. Seule la commercialisation des produits de soins primaires sera confiée aux acteurs locaux, avec lesquels Servier continuera de travailler en partenariat.

 

Quelles sont les spécificités du marché pharmaceutique japonais, notamment dans le domaine de l’oncologie ?

E.D. : L’accès aux soins y étant universel, les patients japonais bénéficient d’une très bonne couverture d’assurance maladie obligatoire. Bien qu’encadré par des règles strictes, le marché pharmaceutique japonais est porté par l’innovation et vise à répondre aux besoins médicaux non satisfaits. Aujourd’hui extrêmement compétitif, il occupe la 3e place au niveau mondial en valeur (71,8 milliards d’euros), avec une croissance de 2 %. L’oncologie, quant à elle, connaît une croissance fulgurante, estimée à 15,6 % par rapport à 2018. Il s’agit du deuxième marché mondial (10,5 milliards d’euros). Comme un Japonais sur deux sera confronté au cancer au cours de sa vie, les projets de développement clinique se multiplient.

 

 

Emmanuel Pradère, Directeur de la franchise Oncologie chez Servier :

« Grâce à la première approbation en son nom, au Japon, Servier démontre sa volonté de devenir un acteur reconnu en oncologie sur la scène internationale. Cette implantation dans le second marché mondial en oncologie est une preuve supplémentaire de la croissance de nos activités dans ce domaine. L’investissement majeur du Groupe dans la lutte contre le cancer se traduit aujourd’hui par six traitements à disposition des patients. »

 

Le saviez-vous ?

Au cours de l’exercice 2018/19, l’oncologie a représenté 36 % du budget R&D du Groupe, avec l’objectif d’atteindre 50 % de la part d’investissement en R&D du Groupe.