Nos médicaments Servier

Nos 47 médicaments Servier s’inscrivent dans 4 axes thérapeutiques couvrant les maladies cardiovasculaires, les cancers, les maladies neuropsychiatriques ainsi que des maladies de médecine interne telles que le diabète.

 

Prescrits dans plus de 140 pays, le même médicament peut avoir des noms de marques différents, le plus souvent pour des raisons liées au droit et à la culture. Nous vous invitons donc à visiter les sites de nos filiales en vous aidant de la carte ci-après, pour connaître nos médicaments disponibles dans votre pays. Les pages des médicaments disponibles étant en cours de construction, nous vous invitons à consulter régulièrement notre site.

Médicaments princeps : de quoi parle-t-on ?

Un princeps est un médicament qui incorpore pour la première fois un principe actif qui a été isolé ou synthétisé par un laboratoire pharmaceutique et qui a obtenu une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM).

Il s’agit d’un médicament « original » qui est protégé par un Brevet.
Le Brevet d’invention est un titre délivré par l’État (en fait par l’Institut National de la Protection Industrielle, INPI) et assurant à celui qui se déclare l’auteur d’une invention d’ordre industriel (et qui en fait le dépôt dans certaines formes) le droit exclusif pour un temps déterminé (20 ans en principe) d’exploiter cette invention.

Pour un médicament princeps, il faut environ 10 ans de Recherche et Développement (2 ans pour mettre au point les nouvelles molécules, 3 ans pour les tests précliniques, 5 ans pour les tests cliniques sur l’homme) auxquels s’ajoutent parfois jusqu’à 2 ans pour les démarches administratives.
Ainsi, quand le médicament arrive sur le marché, il ne reste alors au laboratoire qu’une dizaine d’années pour exploiter le médicament d’origine avant qu’il ne « tombe » dans le domaine public.

Le coût d’un médicament doit donc prendre en compte les investissements souvent très onéreux engagés à chaque étape de sa création.
D’autant plus qu’on considère qu’une molécule seulement pour un million de molécules étudiées au début de la recherche, puis tout au long des autres étapes, ne devient un médicament « original » à disposition des patients.