fbpx
close read more
Actualité

Un laboratoire de Servier s’installe au synchrotron SOLEIL pour accélérer la découverte de médicaments innovants

23/06/2016

Un laboratoire de Servier s’installe au synchrotron SOLEIL pour accélérer la découverte de médicaments innovants

Une nouvelle plateforme technologique créée par Servier a été inaugurée le 23 juin 2016. Conçu en partenariat avec le Synchrotron SOLEIL et la société NovAliX, ce laboratoire de biologie structurale situé sur le plateau de Saclay, à Saint-Aubin (France), a pour objectif d’accélérer la découverte de médicaments innovants.

Le laboratoire Servier LBS3 : la concrétisation d’un partenariat unique

Dans le cadre de ses programmes de découverte de médicament, Servier s’est associé à NovAliX, une PME spécialisée dans la biophysique, et au Synchrotron SOLEIL, un institut de recherche académique français. L’ambition de ce partenariat est d’optimiser la recherche médicale de Servier en créant une plateforme technologique de premier plan : le laboratoire LBS3. Servier est le premier groupe à implanter un laboratoire permanent au sein du synchrotron.

Le laboratoire LBS3

 

Le LBS3 est un laboratoire dédié aux études structurales et fonctionnelles des molécules biologiques. Il permet d’accélérer l’identification et la caractérisation de molécules thérapeutiques innovantes, étapes essentielles pour découvrir de nouveaux médicaments.

Le Synchrotron SOLEIL, un outil de pointe pour soutenir la recherche

 

Un synchrotron est constitué d’un accélérateur de particules qui permet de produire de la lumière et de l’exploiter afin de rendre visible des molécules. C’est une sorte de microscope géant qui révèle pour la première fois aux scientifiques des éléments qui étaient jusqu’alors invisibles.   Il fonctionne selon le processus suivant : la lumière est générée par des électrons, qui sont propulsés dans un accélérateur pour atteindre quasiment la vitesse de la lumière, soit un peu moins de 300 000 km/seconde. Les électrons possèdent alors une énergie considérable de 2,75 milliards d’électrons-volt (GeV).

Ces électrons sont ensuite injectés dans un anneau de stockage de 354 mètres de circonférence dans lequel ils circulent en continu et perdent lors de leur circuit un peu de leur énergie sous la forme d’un rayonnement lumineux, le rayonnement synchrotron. Très brillant, ce rayonnement couvre une large gamme de longueurs d’ondes : les rayons X, les ultra-violets, la lumière visible et les infrarouges. Cette lumière sort en 29 points de l’anneau de stockage pour être utilisée dans 29 « lignes de lumière » qui sont autant de laboratoires optimisés pour étudier des échantillons très variés comme des molécules d’intérêt thérapeutique.   Le Synchrotron SOLEIL est un synchrotron de troisième génération. Il dispose d’installations expérimentales les plus performantes au monde et d’outils qui couvrent une très large gamme d’activités dans de nombreux domaines. Dans celui de la santé, SOLEIL a par exemple développé un protocole d’analyse de la qualité de greffons de foie avant implantation en association avec un hôpital. Ce protocole est aujourd’hui utilisé en clinique et a bénéficié à des centaines de patients.

 

Accélérer la découverte de médicaments

Si les domaines d’expertise d’un synchrotron sont nombreux, le Synchrotron SOLEIL a fait de la recherche de nouveaux médicaments innovants un domaine de compétence au cœur de son développement.   L’analyse des lignes de lumière exploitées par les chercheurs Servier et NovAliX va permettre de collecter des informations essentielles : elles donneront la position de chacun des atomes constituant les molécules d’intérêt. Enregistrées par des détecteurs spécifiques, ces données sont ensuite « décryptées » par les chercheurs, qui pourront ainsi déduire la structure tridimensionnelle des protéines-cibles impliquées dans les pathologies.

Cet apport d’information sur les interactions entre un candidat-médicament et sa cible thérapeutique est décisif pour prédire son action dans l’organisme.   Les chimistes et pharmacologues Servier vont ainsi pouvoir trouver le candidat-médicament le plus adapté et le plus actif par rapport à la cible visée, et ce, beaucoup plus rapidement qu’avec les techniques actuelles disponibles en laboratoire. Pour le corps médical et le patient, cela signifie une accélération de découverte de médicaments de plus en plus efficaces et mieux tolérés.

Dernières actualités

Actualité
23/06/2022
Relever le défi de l’adhérence : une étude Servier présentée au congrès de l’ESH 2022 !
Actualité
15/06/2022
Angelo Paci rejoint Servier en qualité de Program Leader Oncologie & Immuno-Oncologie
Actualité
01/06/2022
Perception des entreprises pharmaceutiques par les associations de patients : Servier progresse !