Servier, engagé pour le climat

18/09/2020

Préoccupation mondiale majeure, le climat fait l’objet d’engagements forts à l’échelle des acteurs économiques et des États, comme à l’échelle individuelle.

De nombreuses nations se mobilisent en faveur de la neutralité carbone : la France, la Grande-Bretagne et le Japon ont pour horizon 2050, la Norvège 2030… Les entreprises cherchent également à diminuer leur bilan carbone, en s’engageant à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

UNE PRISE DE CONSCIENCE COLLECTIVE

L’année 2019 a été marquée par de nombreux rassemblements citoyens autour de la protection de la planète. Particulièrement actifs, les jeunes se fédèrent autour de mouvements spécifiques, comme Youth for Climate ou Fridays for Change. Dans de nombreux pays, la question climatique s’invite également au sein de chaque foyer, dans les choix de consommation du quotidien, avec par exemple la tendance « zéro déchet » qui vise à réduire la pollution liée au traitement des déchets, ou encore le « consommer local et de saison », pour limiter l’impact lié aux transports et à la culture sous serre. L’engagement pour le climat passe aussi par l’énergie, avec le développement des énergies renouvelables ou la construction de bâtiments dits à énergie positive, c’est-à-dire qu’ils produisent plus d’énergie qu’ils n’en ont besoin pour fonctionner.

LA PRIORITÉ : RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

Les derniers modèles scientifiques soulignent le lien évident entre les gaz à effet de serre et le réchauffement climatique. Selon le dernier rapport du Programme environnement de l’ONU (PNUE), publié en novembre 2019, les États devraient tripler d’ici à 2030 le niveau global de leur engagement pour contenir la hausse de température sous le seuil de 2 °C. Parmi les quatre scénarios élaborés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), le plus ambitieux, et le seul qui puisse respecter l’objectif de l’accord de Paris, nécessiterait de réduire immédiatement les émissions de gaz à effet de serre d’environ 10 % par an. Il est considéré comme très peu probable par la communauté scientifique. Les scénarios les plus vraisemblables s’orientent vers une augmentation de température supérieure à 3°C. Le prochain rapport du Giec sur le climat sera publié en 2021-2022.

L’ÈRE DU BAS CARBONE DANS LES ENTREPRISES

Face aux enjeux climatiques, les acteurs économiques se mobilisent aux côtés des États et des citoyens. Les initiatives pour réduire les émissions de gaz à effet de serre se multiplient. Elles se structurent en suivant des référentiels tels que l’ISO 50001 concernant le management de l’énergie, ou la certification Landfill Free, qui atteste de la réutilisation ou du recyclage d’au moins 90 % des déchets d’un site industriel. En France, les entreprises de plus de 500 salariés doivent également effectuer un bilan carbone tous les quatre ans. Ce diagnostic peut ensuite servir de base à l’élaboration d’une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La convergence des actions et des engagements doit permettre de limiter l’accroissement de la concentration en gaz à effet de serre de l’atmosphère et d’espérer rejoindre les scénarios les plus optimistes du Giec.

 

 

500
En France, les entreprises de plus de 500 salariés doivent également effectuer un bilan carbone tous les 4 ans.
348
Servier fait partie des 348 entreprises à l’échelle mondiale dont la stratégie de réduction des émissions a été validée par SBTi.
-25 %
Objectif pour Servier : -25 % d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030

UNE STRATEGIE BAS CARBONE AMBITIEUSE

Aligner la stratégie bas carbone sur les objectifs de l’accord de Paris : c’est le défi que s’est lancé Servier en s’engageant auprès du SBTi à réduire son empreinte carbone de 25 % d’ici à 2030. Réalisée en partenariat avec le cabinet EcoAct, la démarche d’engagement a commencé par un bilan complet des émissions pour mettre en place un plan d’action pertinent.

 

UNE MOBILISATION À L’ÉCHELLE DU GROUPE

Depuis la mise en œuvre d’actions d’efficacité énergétique, allant du choix de modes de transport bas carbone à l’achat de matières premières venant de fournisseurs eux-mêmes mobilisés dans une stratégie bas carbone, la palette des solutions engagées demande l’implication de chacune des directions et de l’ensemble des collaborateurs du Groupe.

 

UN DIAGNOSTIC DE L’EMPREINTE CARBONE DU GROUPE

La première étape de la démarche Servier Climate Commitment a consisté en une évaluation des émissions du Groupe. Cette évaluation a été réalisée pour l’année 2015-2016. Les résultats de Servier ont montré une émission globale annuelle de 1014000 tonnes d’équivalent CO2 (teq CO2). Ces émissions sont séparées en trois catégories ou « scopes » :

  • Scope 1 : les émissions directes du Groupe (combustibles, émissions des véhicules du Groupe, émissions fugitives, procédés industriels…) représentent 6 % des émissions totales.
  • Scope 2 : les émissions indirectes du Groupe (consommation d’électricité, de chaleur, de vapeur…) représentent 5 % des émissions totales.
  • Scope 3 : toutes les autres émissions indirectes (achat de matières premières, transport des marchandises, gestion des déchets, déplacement des collaborateurs…) représentent 89 % des émissions totales.

–25 % D’ÉMISSIONS D’ICI À 2030

En ligne avec les engagements de la COP 21 et de l’Accord de Paris, la stratégie du Groupe consiste à réduire de 25 % les émissions globales de CO2 d’ici à 2030, soit une diminution de 251 282 teq CO2. Dans le détail, les scopes 1 et 2 seraient amenés à réduire leurs émissions de 28 900 teq CO2, et le scope 3 de 222 382 teq CO2. Ces objectifs de réduction seront déclinés méthodiquement pour chaque poste d’émissions (énergie, transport, packaging, achat de matières premières…). Des mesures efficaces ont déjà été prises pour un certain nombre de secteurs. En matière de transports aval (depuis le site de production vers les distributeurs), le remplacement de l’avion par le bateau, entre 2016 et 2019, s’ils sont pérennisés, permettront de réduire l’empreinte carbone de 12 742 teq CO2 d’ici à 2030, soit 75 % de l’objectif final atteint sur ce périmètre.

 

 

Rapport RSE 2019

Le rapport souligne la contribution de la Responsabilité sociétale d’Entreprise (RSE) à la performance de l’entreprise et témoigne de l’engagement de Servier dans une démarche RSE structurée, ouverte et créatrice de valeur.

Découvrez le rapport