Cancer du pancréas : un diagnostic trop tardif

24/12/2019
Le cancer du pancréas fait partie des cancers au pronostic le plus pessimiste, avec un taux de survie de seulement 5% à cinq ans (1). Le diagnostic est le plus souvent réalisé à un stade avancé de la maladie, lorsque la tumeur ne peut plus être opérée, du fait d’une expression clinique tardive de la maladie. 

 

Bien qu’il n’arrive qu’au 12ème rang des cancers diagnostiqués au niveau mondial en 2018, le cancer du pancréas est cependant le 7ème le plus mortel². Ramené à la taille de la population, le nombre de nouveaux cas est en nette augmentation dans les pays industrialisés et plus spécialement en Europe (notamment la France, la Belgique, l’Allemagne, ainsi qu’en Europe centrale et en Europe de l’est), en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Si ses causes demeurent peu connues, le tabagisme et la surconsommation d’alcool favorisent son apparition. Une alimentation trop riche en graisses et en protéines, l’obésité et le diabète pourraient aussi être impliqués. De nombreux cas surviennent toutefois en l’absence de ces facteurs, y compris chez des personnes âgées de plus de 50 ans. Dans 5 % à 10 % des cas1, une prédisposition familiale est observée. Des mutations de certains gènes, dont le BRCA2, déjà impliqué dans le cancer du sein et de l’ovaire, sont aussi en cause.

459 000
nouveaux cas sont survenus à travers le monde en 2018.
432 000
personnes sont décédées d’un cancer du pancréas en 2018.
39.2 %
c’est la hausse attendue du nombre mondial de cas en 2030, par rapport à 2018, du seul fait de l’évolution démographique.

EN FRANCE

14 184 nouveaux cas de cancer du pancréas sont survenus en 2018 (dont 51 % chez l’homme), et 11 456 personnes en sont décédées.

3e cancer digestif chez l’homme (derrière le cancer colorectal et le cancer du foie), il arrive en 2e position chez la femme.

+2 ,7 % par an sur la période 1990-2018 chez l’homme, +3,8 % chez la femme. Si la maladie est plus fréquente chez les personnes âgées, avec une moyenne d’âge de 70 ans au diagnostic chez l’homme et de 74 ans chez la femme, la hausse concerne toutes les classes d’âge à partir de 40 ans.

Source : Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018, vol.1 tumeurs solides. Disponible sur le site de l’Institut national du cancer.

LE PANCRÉAS, ORGANE CRUCIAL DE LA DIGESTION

Le pancréas est un organe du système digestif, logé profondément dans l’abdomen, derrière l’estomac. Il joue deux rôles principaux :

  • un rôle «exocrine». Il produit le suc pancréatique, déversé dans le duodénum (premier segment de l’intestin, après l’estomac) et qui participe à la digestion ;
  • un rôle «endocrine». Le pancréas sécrète deux enzymes cruciales pour la régulation du taux de glucose sanguin (glycémie), aux rôles antagonistes : l’insuline et le glucagon.

Dans 90 % des cas, le cancer du pancréas touche les tissus impliqués dans la fonction exocrine, en particulier les canaux qui transportent le suc pancréatique –ce cancer est aussi appelé « adénocarcinome canalaire pancréatique ». Dans la majorité des cas (75 % à 80 %), c’est la tête du pancréas qui est touchée, plus rarement sa partie centrale ou sa queue. Il existe d’autres cancers touchant la fonction endocrine du pancréas, qui nécessitent une prise en charge différente.

UN DIAGNOSTIC TROP TARDIF

Le mauvais pronostic du cancer du pancréas s’explique surtout par son diagnostic tardif : le patient ressent les premiers signes alors que le cancer est déjà à un stade avancé. Seuls 20 % des patients sont diagnostiqués à un stade encore opérable : chez eux, le taux de survie atteint 20 % cinq ans après le diagnostic –contre 5 %1 tous stades confondus, opérables ou non.

Entre autres symptômes, une perte d’appétit, un amaigrissement, des douleurs au niveau de l’estomac, pouvant s’étendre aux côtes et au dos. Si la tumeur touche la tête du pancréas, elle entraîne une compression du canal cholédoque, qui achemine la bile du foie à l’intestin. La bile reflue alors dans la circulation, entraînant un jaunissement des yeux et de la peau (ictère), des urines foncées, parfois des démangeaisons de la peau.

Le diagnostic repose sur l’imagerie, d’abord l’échographie abdominale, puis la tomodensitométrie. Celle-ci permet de préciser la taille de la tumeur et son éventuelle extension sous forme de métastases, vers les ganglions, le foie ou les os. Le diagnostic est confirmé par analyse tumorale, pour les tumeurs opérables, ou par biopsie, pour les non-opérables.

LA CHIRURGIE, SEUL TRAITEMENT POTENTIELLEMENT CURATIF

La décision d’opérer le patient dépend de la taille et de la localisation de la tumeur, mais aussi de l’état général du patient (âge, présence d’autres maladies). Lorsque la tête du pancréas est touchée, l’acte chirurgical, appelé « opération de Whipple », consiste à retirer non seulement cette partie, mais aussi celles situées à proximité : le canal cholédoque, les parties adjacentes de l’estomac et de l’intestin. Il s’agit d’une opération lourde qui ne peut être proposée à tous les patients.

LA CHIMIOTHÉRAPIE, UNE ALTERNATIVE THÉRAPEUTIQUE

La chimiothérapie est systématique chez les patients atteints d’un cancer du pancréas, qu’ils aient été opérés ou non. Les médicaments utilisés bloquent la prolifération des cellules. Ils ciblent donc les cellules à division rapide, qu’elles soient cancéreuses ou non – ce qui explique les effets indésirables de ces traitements.

Après opération, la chimiothérapie est dite « adjuvante » : elle vise à éliminer les cellules cancéreuses résiduelles, et donc à prévenir les rechutes. Dans certains cas, elle peut être pratiquée avant l’opération, afin de réduire la taille de la tumeur de manière à la rendre opérable : elle est dite « néo-adjuvante ». En l’absence d’opération, la chimiothérapie permet de contrôler la tumeur et d’atténuer les symptômes. Lorsque la maladie est à un stade avancé, elle repose le plus souvent sur l’association de plusieurs médicaments afin de combiner leurs actions.

La radiothérapie peut aussi être utilisée, en association avec la chimiothérapie, lorsque la tumeur est localement avancée mais non opérable, voire pour traiter les métastases osseuses, souvent douloureuses.

ET SERVIER ?

Devenir un acteur clé en oncologie s’inscrit dans la stratégie à long terme de Servier. C’est pourquoi le Groupe consacre 40 % de ses investissements en R&D à la lutte contre le cancer et aux besoins non satisfaits des patients, avec pour objectif d’atteindre 50 % dans les prochaines années. Un seul objectif : apporter des solutions thérapeutiques novatrices aux personnes touchées par le cancer. En association avec la World Pancreatic Cancer Coalition (WPCC), Servier s’engage dans la lutte contre l’un des cancers les plus meurtriers au monde en étant un sponsor de la campagne de sensibilisation Demand Better.

À RETENIR

  1. HYGIÈNE DE VIE SAINE

    S’il est difficile de prévenir ce type de cancer, on peut en diminuer le risque en adoptant une hygiène de vie saine, en supprimant le tabac, en favorisant une alimentation équilibrée et en pratiquant régulièrement une activité physique.
  2. FACTEURS HÉRÉDITAIRES

    Lors du dernier congrès mondial du cancer, un avis clinique a été rendu concernant l’analyse des facteurs héréditaires de la maladie. Chez les patients diagnostiqués, il est recommandé d’analyser leur présence chez les parents du premier et du deuxième degré. L’évaluation du risque génétique doit être également proposée aux autres membres de la famille.
  3. BIOMARQUEURS PRÉCOCES

    De nombreuses recherches sont en cours pour identifier des biomarqueurs précoces qui pourraient témoigner de la présence d’un cancer du pancréas à un stade plus précoce et améliorer ainsi le devenir des patients qui sont atteints de ce cancer.

1Source: Long-term illnesses (ALD) Guide, pancreatic cancer, November 2010, French National Authority for Health (HAS).

2Source: International Agency for Research on Cancer, Globocan 2018, WHO.