Comprendre le ciblage thérapeutique

15/04/2018
Décryptage
15/04/2018

Parmi les recherches menées actuellement en oncologie, le ciblage thérapeutique représente un espoir de soin plus efficace et moins toxique pour les patients atteints de cancer.

Les thérapies anti-cancéreuses

A l’heure actuelle, les thérapies anti-cancéreuses comprennent le plus souvent une phase de chimiothérapie utilisant des médicaments dits cytotoxiques. Ces agents chimiques ou biologiques s’attaquent aux cellules cancéreuses et les altèrent jusqu’à les détruire. Pour cela, ils peuvent empêcher la division cellulaire ou bloquer le cycle de croissance des cellules.

Ces traitements posent en conséquence un risque de toxicité non négligeable pour l’organisme : en s’attaquant aux cellules cancéreuses, ils affectent également les cellules saines et perturbent notamment les mécanismes de défense de l’organisme, comme les globules blancs chargés de lutter contre les infections. Pour les patients et selon leur tolérance, la chimiothérapie peut s’accompagner d’effets indésirables temporaires mais très dérangeants, comme la perte des cheveux ou des nausées et vomissements.

Depuis plus de dix ans, les chercheurs travaillent au développement de nouvelles thérapies « ciblées » visant à fournir aux médecins des outils thérapeutiques plus précis et individualisés, c’est-à-dire, prenant en compte le caractère variable du métabolisme des patients et la diversité des cancers.

L’avènement de la médecine personnalisée

L’étude de la formation des tumeurs, appelée oncogenèse, ainsi que leur classification, a permis de mettre en lumière la multiplicité des cancers et des vecteurs thérapeutiques permettant de les soigner.

La modélisation des pathologies et le « criblage » des tumeurs, c’est-à-dire la classification de leurs mécanismes d’action et l’étude de molécules agissant sur ces tumeurs, permet de limiter les risques liés aux médicaments en testant une multitude de molécules pour déterminer la plus efficace en fonction de la carte d’identité génétique de la tumeur. C’est le ciblage thérapeutique : à chaque protéine, récepteur ou molécule répond un traitement spécifique sélectionné parmi une centaine de candidats.

Des expertises diverses pour le ciblage thérapeutique

C’est souvent par l’identification d’une protéine associée à une maladie humaine que démarre la recherche d’un candidat médicament. Cette protéine devient alors une cible thérapeutique, sur laquelle les chercheurs testent de nombreux composés chimiques ou anticorps susceptibles de s’y lier ou de l’attaquer. Dans la production d’un médicament, cette étape initiale d’identification de la cible et de son action est vitale pour développer une molécule capable d’apporter un intérêt thérapeutique.

La modification d’une molécule pour développer l’action recherchée, peut s’avérer particulièrement complexe et nécessite la mise en commun d’expertises et savoir-faire complémentaires, notamment dans les domaines de la chimie, de la biologie, de la physiologie, de la pharmacologie et des biotechnologies. C’est pourquoi Servier s’est associe à de nombreux partenaires de recherche publique ou privée pour le développement et la commercialisation de candidats médicaments dans le domaine du cancer, visant des cibles thérapeutiques précises.

La recherche en oncologie demeure un de nos axes de recherche fondamentale, destiné à offrir des solutions thérapeutiques innovantes répondant aux besoins non satisfaits chez les patients atteints de pathologies graves.
Le ciblage thérapeutique représente aujourd’hui une des pistes les plus prometteuses dans la lutte contre le cancer.