Servier et Allogene Therapeutics présentent des données poolées des essais de phase 1 évaluant UCART19 dans la leucémie aiguë lymphoblastique en rechute ou réfractaire (LAL R/R)

04/12/2018
  • 82 % des patients ont obtenu une rémission complète lorsque le protocole de lymphodéplétion incluait un anticorps monoclonal anti-CD52 (mAb)
  • La toxicité d’UCART19 semble gérable avec l’absence de cas modérés ou sévères de réactions du greffon contre l’hôte (GvHD) et aucun cas sévère de neurotoxicité
  • L’utilisation d’un anticorps monoclonal (mAb) anti-CD52 dans le protocole de lymphodéplétion est un facteur pouvant contribuer à l’expansion des cellules allogéniques AlloCAR T™ et est désormais nécessaire dans les essais portant sur UCART19

 

Paris, France, et South San Francisco, Californie, Etats-Unis – Le 4 décembre 2018 – Servier, laboratoire pharmaceutique international indépendant, et Allogene Therapeutics, Inc. (Nasdaq: ALLO), société de biotechnologie spécialisée dans le développement clinique et pionnière dans les thérapies anticancéreuses à base de cellules CAR T allogéniques (AlloCAR T™), ont annoncé aujourd’hui les résultats d’une analyse actualisée portant sur les données poolées de deux études cliniques de Phase 1 évaluant UCART19 chez des patients pédiatriques (PALL) et adultes (CALM) atteints de leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) à cellules B en rechute ou réfractaire. L’analyse a montré que 82 % (14/17) des patients ayant reçu un protocole de lymphodéplétion contenant fludarabine, cyclophosphamide et un anticorps monoclonal anti-CD52 (protocole FCA) avaient obtenu une rémission complète (RC) ou une rémission complète avec récupération hématologique incomplète (RCi). Chez les quatre patients ayant uniquement reçu fludarabine et cyclophosphamide (protocole FC), l’expansion d’UCART19 était minime et aucune rémission n’a été obtenue. Globalement, 67 % (14/21) des patients ont obtenu une rémission (RC/RCi). Ces données suggèrent qu’un anticorps anti-CD52 représente un élément important du protocole de lymphodéplétion et est potentiellement nécessaire pour l’expansion des cellules CAR T allogéniques. Les événements indésirables les plus fréquents étaient liés au syndrome de libération de cytokines (CRS – cytokine release syndrome) et étaient généralement résolutifs sous traitement. Les résultats ont été dévoilés aujourd’hui par l’investigateur principal Reuben Benjamin, MBBS, Ph.D., du King’s College Hospital de Londres, au cours d’une présentation orale lors du 60e congrès annuel de l’American Society of Hematology (ASH) qui s’est tenu à San Diego, Californie.

 

« Les données rapportées dans cette analyse sont très encourageantes et nous confortent dans la poursuite du développement d’UCART19, la première thérapie à base de CAR T allogéniques dans le traitement de la LAL R/R », a déclaré Patrick Therasse MD, PhD, Directeur de la division Oncologie chez Servier. « Ces données soulignent l’importance potentielle d’une lymphodéplétion adéquate pour les CART allogéniques ».

L’analyse poolée actualisée des données des essais de Phase 1 CALM et PALL inclut trois patients supplémentaires par rapport à la dernière mise à jour et porte le nombre total de patients à 21. Tous les patients recrutés ont reçu au moins une perfusion d’UCART19 et tous ont été inclus dans l’analyse.

 

 

Essai Patients recrutés/traités RC/RCi

avec FCA

RC/RCi

total

GvHD

Grade 1

CRS

Grade 3-4

Cytopénie prolongée

Grade 4

Infection virale

Grade 3-4

Neurotoxicité

Grade 3-4

PALL 7 100 %

(6/6)

86 %

(6/7)

14 %

(1/7)

14 %

(1/7)

43 %

(3/7)

57 %

(4/7)

0 %

(0/7)

CALM 14 73 %

(8/11)

57 %

(8/14)

7 %

(1/14)

14 %

(2/14)

21 %

(3/14)

7 %

(1/14)

0 %

(0/14)

Total 21 82 %

(14/17)

67 %

(14/21)

10 %

(2/21)

14 %

(3/21)

29 %

(6/21)

24 %

(5/21)

0 %

(0/21)

Sur la base du recueil des données du 23 octobre 2018.

 

GvHD (Graft-versus-host disease) : réaction du greffon contre l’hôte

CRS (cytokine release syndrome) : syndrome de libération des cytokines

 

« UCART19, la première thérapie à cellules AlloCAR T en développement clinique, continue de fournir des enseignements et améliore nos connaissances au fur et à mesure de l’avancement de nos programmes de développement de CD19 et de notre portefeuille de produits », a déclaré David Chang, M.D., Ph.D., président-directeur général et cofondateur d’Allogene. « Les données actualisées des études de Phase 1 soulignent l’importance potentielle d’un anticorps monoclonal anti-CD52 pour l’expansion cellulaire et la réponse au traitement. Dans notre future étude de Phase 1 avec ALLO-501, dans le lymphome non-hodgkinien, nous introduirons l’anticorps monoclonal anti-CD52 d’Allogene (ALLO-647) dans le protocole de lymphodéplétion ».

Les patients des études avaient reçu un protocole de lymphodéplétion comportant soit fludarabine, cyclophosphamide et l’anticorps monoclonal anti-CD52 (alemtuzumab) (FCA), soit uniquement fludarabine et cyclophosphamide (FC). Les essais PALL et CALM utiliseront désormais un anticorps monoclonal anti-CD52 pour le protocole de lymphodéplétion.

 

  • Quatre patients n’ont pas reçu d’anticorps anti-CD52 dans le cadre de leur protocole de lymphodéplétion. Ces patients ont présenté une expansion cellulaire minime et aucun n’a répondu au traitement. En revanche, une RC/RCi a été observée chez 82 % (14/17) des patients lorsque le protocole de lymphodéplétion comprenait un anticorps monoclonal anti-CD52.
  • Aucune réaction sévère ou modérée (Grade 2 ou plus) du greffon contre l’hôte (GvHD – graft-vs-host disease) n’a été observée. Seuls deux cas de GvHD aigue cutanée de grade 1 sont survenus.
  • Un syndrome de libération des cytokines (CRS) a été observé chez 90 % (19/21) des patients mais seulement 14 % des patients (3/21) ont présenté un CRS de grade 3 ou 4.
  • Les événements neurologiques se sont limités à des grades 1 ou 2 dans 38 % des patients (8/21).
  • Il n’est apparu aucun nouveau décès lié au traitement. Comme présenté précédemment, deux décès liés au traitement sont survenus dans l’étude CALM, l’un à J15 après la perfusion par suite d’un syndrome de relargage cytokinique de grade 4 associé à un sepsis neutropénique de grade 5, et le second à J82 post perfusion dans les suites d’une allogreffe de cellules souches.

 

Le promoteur du programme UCART19 de Phase 1 dans le traitement de la LAL en rechute/réfractaire est Servier. Un essai de Phase 1 portant sur ALLO-501 dans le traitement du lymphome non hodgkinien en rechute/réfractaire devrait démarrer au cours du premier semestre de 2019 dont le promoteur sera Allogene.

UCART19 et ALLO-501 utilisent la technologie d’édition du génome TALEN®, mise au point et détenue par Cellectis.

Servier détient désormais la licence exclusive d’UCART19 initialement développé par Cellectis. UCART19 fait l’objet d’un développement clinique conjoint assuré par Servier et Allogene.

 


À propos d’UCART19

UCART19 est un médicament candidat à base de cellules CAR T allogéniques, développé pour le traitement des hémopathies malignes exprimant l’antigène CD19. UCART19, en cours de développement dans la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), est actuellement en Phase 1. L’approche thérapeutique actuelle avec UCART19 repose sur les premiers résultats positifs obtenus dans les essais cliniques des CART autologues. UCART19 pourrait remédier aux limites de l’approche autologue actuelle en fournissant un médicament basé sur des cellules T allogéniques « prêtes à l’emploi ». Servier est le promoteur des essais portant sur UCART19.

En novembre 2015, Servier a acquis les droits exclusifs pour UCART19 de la part de Cellectis. Suite à d’autres accords, Servier et Allogene Therapeutics ont démarré une collaboration portant sur un programme de développement clinique conjoint pour cette immunothérapie anticancéreuse. Servier a cédé à Allogene Therapeutics les droits exclusifs pour UCART19 et ALLO-501 aux États-Unis tout en conservant les droits exclusifs pour tous les autres pays.

 


À propos de Servier

Servier est un laboratoire pharmaceutique international gouverné par une Fondation, dont le siège se trouve en France à Suresnes. S’appuyant sur une solide implantation internationale dans 149 pays et sur un chiffre d’affaires de 4,152 milliards d’euros en 2017, Servier emploie 21 700 personnes dans le monde. Totalement indépendant, le Groupe réinvestit 25 % de son chiffre d’affaires (activité princeps) en Recherche et Développement et utilise tous ses bénéfices au profit de son développement. La croissance du Groupe repose sur la recherche constante d’innovation dans cinq domaines d’excellence : les maladies cardiovasculaires, immuno-inflammatoires et neuropsychiatriques, les cancers et le diabète, ainsi que sur une activité dans les médicaments génériques de qualité. Servier propose également des solutions de e-santé allant au-delà du développement de médicaments.

 

Contacts presse :

Sonia MARQUES         : media@servier.com – Tél. +33 (0)1 55 72 40 21 / + 33 (0) 7 84 28 76 13
Karine BOUSSEAU       : media@servier.com – Tél. +33 (0)1 55 72 60 37 / + 33 (0) 6 49 92 16 05

  


À propos d’Allogene Therapeutics

Allogene Therapeutics, dont le siège social se trouve à South San Francisco, est une société de biotechnologie spécialisée dans la recherche clinique et pionnière dans le développement de thérapies anticancéreuses impliquant des cellules T allogéniques modifiées exprimant le récepteur d’un antigène chimérique (AlloCAR T™). Sous la direction d’une équipe internationale ayant une vaste expérience en thérapie cellulaire, Allogene développe un portefeuille de thérapies à base de cellules CAR T « prêtes à l’emploi » avec pour objectif d’offrir une thérapie cellulaire facilement accessible, de manière plus rapide, plus fiable et à plus grande échelle à un plus grand nombre de patients.

Les thérapies cellulaires AlloCAR T™ sont conçues à partir de cellules de donneurs sains, ce qui devrait permettre la création d’un stock en vue d’une utilisation à la demande des patients. Cette approche est conçue pour ne plus avoir à créer de thérapie personnalisée à partir des propres cellules d’un patient, pour simplifier la production et pour réduire le temps d’attente des patients pour obtenir un traitement à base de cellules CAR T. Le portefeuille d’Allogene inclut des droits pour 16 cibles précliniques de thérapie par cellules CAR T et UCART19, un médicament candidat AlloCAR T™ faisant actuellement l’objet d’un essai clinique de Phase 1, dont le promoteur est Servier, pour le traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) en rechute/réfractaire.

 

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site www.allogene.com et suivre @AllogeneTx sur Twitter et LinkedIn.

 

Contact Media/Investisseur Allogene :

Christine Cassiano

Responsable communication

(714) 552-0326

Christine.Cassiano@allogene.com

 


Avertissement relatif aux déclarations prospectives pour Allogene

Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives répondant aux dispositions « Safe Harbor » conformément au Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Afin d’identifier ces déclarations prospectives, le communiqué de presse peut, dans certains cas, utiliser des termes tels que « prévoit », « croit », « potentiel », « proposé », « continue », « estime », « anticipe », « s’attend à », « projette », « envisage », « peut », « pourrait », « il se pourrait », « sera », « devrait » ou d’autres termes qui expriment une incertitude liée à des événements ou des résultats futurs. Les déclarations prospectives comprennent des déclarations relatives aux intentions, convictions, prévisions, perspectives, analyses ou attentes actuelles concernant, entre autres : la capacité de Servier à mener les essais cliniques dont il est promoteur, la capacité pour Allogene à mener le dévelopement des essais cliniques dont il est promoteur et plus largement de son pipeline, du calendrier d’initiation de l’étude de phase I d’ALLO-501 dans le lymphome malin non hodgkinien, de la capacité d’introduire l’anticorps monoclonal anti CD52 d’Allogene (ALLO 647) dans le protocole de lymphodéplétion requis, et du bénéfice potentiel des traitements par Allo CAR T. Divers facteurs peuvent entraîner des différences entre les attentes d’Allogene et les résultats effectifs discutés de manière plus détaillée dans les documents d’Allogene déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), y compris (mais sans s’y limiter) dans son formulaire Q-10 initialement déposé auprès de la SEC le 30 septembre 2018. Toute déclaration prospective faite dans ce communiqué de presse reflète uniquement les données disponibles à la date de sa publication. Allogene ne saurait être tenu de mettre à jour les déclarations prospectives que ce soit à la lumière de nouvelles informations, d’évènements ultérieurs ou pour tout autre motif, après la date de ce communiqué de presse.