Résultats financiers et pipeline R&D

20/02/2020

Groupe Servier – Exercice 2018/19 

  • Un chiffre d’affaires consolidé de 4,615 milliards d’euros, en croissance de 10,5 %[1].
  • Ce chiffre d’affaires se répartit entre 3,232 milliards d’euros pour l’activité princeps[2] (+11,8 %) et 1,383 milliard d’euros pour l’activité générique (+7,5 %).
  • Une forte présence à l’international : 78 % du chiffre d’affaires Groupe
    (95% du chiffre d’affaires pour la seule activité princeps).
  • Une position de leader confirmée en cardiologie avec 2,439 milliards d’euros, soit 53 % du chiffre d’affaires Groupe.
  • Une augmentation significative de l’activité en oncologie (+120 %), résultant principalement des ventes d’Oncaspar® et d’Onivyde®, et de la croissance des médicaments biosimilaires.
  • Un pipeline princeps prometteur, avec 30 candidats-médicaments en développement et
    32 projets de recherche, fruit d’un investissement fort et continu en R&D (23% du CA princeps).
  • Plus de 100 millions de patients sont traités quotidiennement dans le monde par les médicaments du groupe Servier.

 

Paris (France), le 20 février 2020 – Servier, laboratoire pharmaceutique international indépendant, annonce ses résultats pour l’exercice 2018/19 et présente son pipeline de Recherche et Développement.

Une croissance à deux chiffres

Le chiffre d’affaires du Groupe réalisé au cours de l’exercice 2018/19 s’élève à 4,615 milliards d’euros, en progression de 10,5 %. Le chiffre d’affaires princeps (3,232 Mds€) représente
70 % du chiffre d’affaires consolidé, et celui des génériques 30 % (1,383 Md€). Le résultat opérationnel est en baisse de 34,2 %, à 202 millions d’euros, affecté, notamment, par l’impact de l’acquisition d’Oncaspar®[3] et d’Onivyde®[4], ainsi que par les frais d’installation de la nouvelle filiale américaine du Groupe à Boston. À noter également qu’au cours de l’exercice, les taux de change ont eu un faible impact sur les ventes (-22 M€) par rapport à l’année précédente (-160 M€).

 

« Les résultats de l’exercice 2018/19 dépassent nos objectifs. La croissance a été portée par le dynamisme de l’activité princeps, avec de bonnes progressions des ventes, notamment en Chine, en Russie et au Brésil, mais aussi dans le domaine de l’oncologie, en particulier aux États-Unis, avec les ventes d’Oncaspar®. L’activité générique, en hausse de 7,5 % a également contribué à cette croissance », a commenté Dominique Brissy, Vice-Président Exécutif Finance et Systèmes d’Information du groupe Servier.


Chiffres clés (au 30 septembre 2019)

 

 

(en millions d’euros)

 

2017/18

 

2018/19

 

Variation

taux constant

 

Variation
taux réel

 

% du CA

Chiffre d’affaires Groupe4 1764 61511,1 %10,5 %100%
Chiffre d’affaires princeps2 8903 23212,3 %11,8 %70 %
Chiffre d’affaires génériques1 2861 3838,4 %7,5 %30 %
Résultat opérationnel   307   202(34,2 %)4,4 %
EBITDA   488   5186,2 %11,2 %

Une hausse soutenue du chiffre d’affaires princeps

Top 6 des médicaments princeps en 2018/19 (en CA)

 

§   Diamicron® (497M€)

§   Daflon® (442M€)

§   Coversyl® (335M€)

§   Vastarel® (299M€)

§   Preterax® (258M€)

§   Coveram® (250M€)

 

En 2018/19, le chiffre d’affaires princeps a atteint 3,232 milliards d’euros, affichant une progression de 11,8 %, principalement grâce à un effet volume positif de la vente des médicaments princeps du Groupe, en augmentation de 4,4 %, qui a notamment compensé certaines pertes de brevets et baisses de prix.


Le maintien d’une position de leader en cardiologie

Avec un chiffre d’affaires Groupe de 2,4 milliards d’euros (53 % du CA Groupe), le groupe Servier conserve sa position de leader en cardiologie : 2e acteur européen et 6e mondial[5]. Le Groupe dispose de belles perspectives en cardiologie avec, notamment, Omecamtiv mecarbil[6], actuellement en phase III, et le lancement de nouvelles associations fixes.

 

Une forte progression en oncologie

Le chiffre d’affaires du Groupe en oncologie (578 M€) a progressé de 120 %, porté par les ventes de deux médicaments princeps, Oncaspar® et Onivyde®, et la croissance du chiffre d’affaires des biosimilaires. Lonsurf®[7] a également affiché une bonne progression avec un chiffre d’affaires en croissance de + 15,5 %.

 

En 2019, le Groupe a franchi une étape importante en oncologie avec, notamment, l’autorisation en Europe d’une nouvelle indication pour Lonsurf®, le lancement d’Asparlas® aux États-Unis et l’acquisition des droits mondiaux de Pixuvri®[8]. Un partenariat de promotion a été signé au Japon en prévision de la mise sur le marché, par la filiale Servier locale, d’Onivyde® courant 2020.


Une activité générique en croissance

Chiffre d’affaires filiales génériques en 2018/19

 

§  Biogaran         : 874 M€

§  EGIS                : 468 M€

§  Autres filiales : 41 M€


511 millions de boîtes de médicaments génériques distribuées

 

Les médicaments génériques sont produits par quatre filiales du Groupe présentes en France, en Europe de l’Est, au Brésil et au Nigeria. Le Groupe dispose aujourd’hui de 1 500 médicaments génériques couvrant la majorité des pathologies.

La part de l’activité générique dans le chiffre d’affaires du Groupe est de 1,383 milliard d’euros. En progression de 7,5 %, cette activité continue à se développer de manière soutenue et à se diversifier notamment dans le domaine des médicaments OTC[9] et biosimilaires[10].

En 2018/19, les ventes de médicaments biosimilaires ont augmenté de 42 %, et représentent en France 11,8 % du chiffre d’affaires de Biogaran.

En France, en 2018/19, Biogaran a réalisé le lancement de 59 médicaments.


FOCUS FRANCE

Les ventes princeps et génériques du Groupe en France métropolitaine en 2018/2019 s’élèvent à 1,035 Md€ et représentent 22 % du chiffre d’affaires consolidé.

En 2018/19, le Groupe a investi 128 M€* dans l’Hexagone.

*hors partenariats stratégiques.


 

 


Une croissance portée par l’international

Le chiffre d’affaires du Groupe à l’international s’élève à 3,580 milliards d’euros et représente 78 % du chiffre d’affaires consolidé.

Le Groupe réalise un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros dans 11 pays. Plus de la moitié du chiffre d’affaires du Groupe est réalisée en Europe.

Respectivement première et deuxième filiale internationale du Groupe, la Chine (440 M€ de CA, en croissance de 20 %), et la Russie (376 M€ de CA, en croissance de 6 %), offrent toujours de forts potentiels de croissance. À noter également que les États‑Unis deviennent le quatrième marché du Groupe, et sa filiale américaine, Servier Pharmaceuticals, y célèbre sa première année d’activité.

 

Aujourd’hui, 9 boîtes sur 10 de médicaments princeps Servier sont distribuées à l’international.

 


R&D Servier : accélérer l’innovation pour répondre aux besoins des patients et aux enjeux de santé

Servier concentre ses activités de R&D dans des domaines thérapeutiques à fort besoin médical : les maladies cardiovasculaires, immuno-inflammatoires et neurodégénératives, les cancers et le diabète. Le Groupe renforce avec dynamisme son pipeline grâce à un effort d’investissement soutenu, investissant chaque année près d’un quart de son chiffre d’affaires (hors activité générique) en R&D, et grâce à une politique dynamique d’innovation ouverte : aujourd’hui près de 80 % de la R&D Servier est effectuée en partenariat.

La période 2018/19 a été marquée par des avancées concrètes dans plusieurs projets de recherche du Groupe :

  • Lancement de cinq études cliniques en oncologie :
    • Dans le domaine de l’hématologie : Bcl-2 (avec Novartis) ;
      Combinaison Mcl-1/Venetoclax (avec Novartis) ; Étude de phase I UCART19 /
      ALLO-501 (avec Allogene Therapeutics et Cellectis) ; Étude de phase I sur les
      CAR-T (avec Precision BioSciences) ;
    • Dans le domaine des tumeurs solides : étude de phase III sur Lonsurf®.

 

  • Fin de recrutement des patients dans le cadre de l’étude clinique mondiale
    de phase II ROCCELLA, menée en partenariat avec Galapagos.

 

  • Lancement du consortium IMI IMMUcan dans le domaine de l’immuno-oncologie.

« En 2018/19, nous avons intensifié le développement de notre portefeuille de R&D, avec l’accélération de programmes clés, en particulier en oncologie, et la signature de nouveaux partenariats stratégiques de recherche. La poursuite de notre stratégie d’open innovation et l’accélération de la transformation de notre R&D demeurent des objectifs prioritaires afin de renforcer notre portefeuille de candidats-médicaments pour assurer une valeur ajoutée pour les patients », a déclaré Claude Bertrand, Vice-Président Exécutif R&D du groupe Servier. « Le futur Institut de Recherche Servier Paris-Saclay, dont l’ouverture est prévue courant 2022, illustre parfaitement la dynamique d’innovation du Groupe et incarnera sa nouvelle façon de concevoir la R&D. »


 

 


Un pipeline prometteur de candidats-médicaments et de programmes de recherche

Le Groupe dispose aujourd’hui d’un pipeline prometteur de 30 candidats-médicaments et 32 projets de recherche. Deux molécules sont actuellement en phase III d’étude clinique :

  • Omecamtiv mercabil, développée en collaboration entre Amgen et Cytokinetics, avec le soutien financier et stratégique de Servier ;
  • Le Bumétanide, en co-développement avec Neurochlore.

 

 

Données à fin janvier 2020


L’oncologie, un axe de recherche prioritaire

Pour répondre aux besoins des patients, le groupe Servier a effectué un virage majeur en faisant de l’oncologie un de ses axes prioritaires de recherche. En témoigne le nombre croissant de programmes et de partenariats de recherche, ainsi que la part d’investissement du Groupe en R&D dans ce
domaine : au cours de l’exercice 2018/19, l’oncologie a représenté 36 % du budget R&D du Groupe, avec l’objectif d’atteindre 50 % de la part d’investissement en R&D du Groupe.

Cet investissement majeur dans la lutte contre le cancer se traduit aujourd’hui, en termes de résultats, par six traitements[11] à disposition des patients, 12 candidats-médicaments actuellement en développement clinique et 17 projets de recherche. La Recherche Servier en oncologie est axée sur les traitements visant à restaurer la mort cellulaire programmée des cellules cancéreuses (apoptose) et à mobiliser le système immunitaire contre les cellules cancéreuses (immuno-oncologie).


Une approche collaborative pour accélérer l’innovation au bénéfice des patients

—————————————————–
WeHealthTM Digital Medicine
La division e-santé du groupe ServierDans un esprit d’innovation ouverte, WeHealth™ Digital Medicine identifie des start-up prometteuses en santé digitale pour codévelopper des solutions dans les aires thérapeutiques du Groupe.§   3 solutions actuellement sous licence dans le domaine de la cardiologie et de l’oncologie.§   3 nouveaux partenariats signés en 2018/19.—————————————————–

Pour accélérer l’innovation et apporter de nouvelles solutions thérapeutiques aux patients, Servier mène une politique dynamique d’innovation ouverte en collaborant avec des partenaires du monde entier, parmi lesquels des institutions académiques reconnues, des laboratoires, des biotechs et des start-up.

Sur la période 2018/19, le Groupe a signé 8 nouveaux partenariats de recherche avec des académiques (en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis), des biotechs et des laboratoires pharmaceutiques, portant ainsi à 45 le nombre total de partenariats stratégiques de recherche noués par le Groupe.

Cette approche collaborative se traduit également par un engagement majeur dans des projets de recherche internationaux, notamment dans les domaines des CAR-Ts, avec l’Innovative Medicines Initiative (IMI), ou des maladies non transmissibles (MNT), en tant que membre de l’initiative Access Accelerated. Depuis 2017, Servier est également membre actif du Paediatric Strategy Forums, conjointement organisé par ACCELERATE et l’Agence européenne des médicaments (EMA), qui se concentre sur les cancers de l’enfant et de l’adolescent.


Vers un nouveau modèle de R&D pour accélérer l’innovation

Le groupe Servier anticipe une évolution majeure de son modèle de R&D, avec l’objectif constant de renforcer le pipeline de candidats-médicaments pour répondre aux besoins des patients.

La construction du futur Institut de Recherche Servier Paris-Saclay, qui intègrera en son sein un incubateur de start-up, reflète parfaitement cette volonté de concevoir une recherche plus ouverte et agile.

Il s’agit également de capitaliser sur les bénéfices qu’offrent les technologies digitales et leur intégration à tous les niveaux de la chaîne de valeur R&D du Groupe. En alliant les technologies les plus avancées de traitements des données aux expertises du Groupe, les équipes R&D pourront notamment accélérer les cycles d’itérations et d’identification des molécules. Les technologies du digital permettront aussi au Groupe de développer des solutions complètes, alliant traitements thérapeutiques et services personnalisés aux patients.

C’est dans cet objectif que le Groupe a initié, en 2019, un programme de transformation digitale et un programme « data driven » au sein de la R&D, particulièrement dans le domaine des essais cliniques, pour accélérer les essais et être au plus proche des patients dans le vécu de leur maladie.

Enfin, miser sur la science et la recherche translationnelle pour accélérer l’innovation thérapeutique, et se concentrer sur les projets à forte valeur ajoutée pour les patients, sont deux autres piliers de l’évolution du modèle de R&D du Groupe.

 


Perspectives 2019/20

Dans le cadre de ses orientations stratégiques, le groupe Servier a pour objectif de poursuivre sa croissance dynamique à l’international, notamment en renforçant son portefeuille en oncologie par l’acquisition d’un médicament permettant, en priorité, une présence sur le marché aux États-Unis.

Parallèlement, le Groupe poursuit une dynamique de partenariats, dans le cadre de sa politique d’open innovation, afin de renforcer son pipeline de projets et de candidats-médicaments en R&D.

Le modèle industriel sera progressivement adapté à l’évolution du portefeuille de médicaments et aux enjeux du pipeline.

Le Groupe va intensifier le déploiement de sa stratégie digitale.

Ces objectifs seront conduits avec une volonté d’amélioration de la performance afin de pouvoir financer, notamment grâce à l’emprunt, le développement du Groupe.

Enfin, le Groupe va poursuivre son engagement fort en matière de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE), notamment à travers l’objectif de réduire de 25 % ses émissions de CO2 d’ici 2030, versus environ un million de tonnes équivalent CO2 émis en 2016.

« Les résultats 2018/19 du Groupe et le renforcement du pipeline en R&D s’inscrivent dans le déploiement de notre plan stratégique : améliorer globalement notre performance afin de pouvoir continuer à investir à long terme dans le progrès thérapeutique », a conclu Olivier Laureau, Président de Servier.


À propos de Servier

Servier est un laboratoire pharmaceutique international gouverné par une Fondation, et son siège se trouve en France à Suresnes. S’appuyant sur une solide implantation internationale dans 149 pays et sur un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros en 2019, Servier emploie 22 000 personnes dans le monde. Totalement indépendant, le Groupe réinvestit chaque année en moyenne 25 % de son chiffre d’affaires (hors activité générique) en Recherche et Développement et utilise tous ses bénéfices au profit de son développement. La croissance du Groupe repose sur la recherche constante d’innovation dans cinq domaines d’excellence : les maladies cardiovasculaires, immuno-inflammatoires et neurodégénératives, les cancers et le diabète, ainsi que sur une activité dans les médicaments génériques de qualité. Plus d’informations : www.servier.com


Contacts presse :

Sonia Marques                 : presse@servier.com – Tél. +33 (0)1 55 72 40 21 / + 33 (0) 7 84 28 76 13
Jean-Clément Vergeau  : presse@servier.com – Tél. +33 (0)1 55 46 16 / +33 6 79 56 75 96

Suivez Servier sur les réseaux sociaux :Twitter Official Servier LinkedIn Official Servier Facebook Official Servier

 


[1] Les chiffres présentés sont à taux réels.

[2] Princeps : médicaments promus et distribués par Servier ; Génériques : médicaments promus et distribués par Biogaran, Egis, Pharlab et Swipha, filiales du groupe Servier.

[3] Oncaspar® (pegaspargase). Servier dispose des droits mondiaux d’Oncaspar®.

[4] Onivyde® (formulation liposomique pégylée d’irinotécan). Servier dispose des droits d’Onivyde® hors États-Unis et Taïwan.

[5] Source : IQVIA, Analytics Link – MAT Q3-2019 : 74 pays

[6] Omecamtiv mercabil est développée en collaboration entre Amgen et Cytokinetics, avec le soutien financier et stratégique de Servier.

[7] Lonsurf® a été découvert et développé par Taiho Pharmaceutical. En juin 2015, Servier et Taiho Pharmaceutical ont conclu un accord de licence exclusive pour le codéveloppement et la commercialisation de Lonsurf® en Europe et dans les autres pays à l’exception des États-Unis, du Canada, du Mexique et de l’Asie.

[8] Pixuvri® (pixantrone) : le 1er octobre 2019 Servier et CTI Biopharma ont finalisé un contrat d’achat d’actifs qui transfère les droits mondiaux de Pixuvri® à Servier.

[9] Un médicament en vente libre, appelé aussi médicament de comptoir ou médicament OTC, est un médicament pouvant être vendu sans nécessité de prescription ou d’ordonnance et délivré par un professionnel de la santé.

[10] Médicaments similaires à un médicament biologique, dit de référence, dont le brevet est tombé dans le domaine public.

[11] Asparlas®, Lonsurf®, Muphoran®, Oncaspar®, Onivyde®, Pixuvri®.