Groupe Servier : résultats 2017-2018

31/01/2019
  • Un chiffre d’affaires de €4,2 milliards, en croissance de 4,5 % à taux de change constant, confirmant l’augmentation du nombre de patients traités par nos médicaments dans le monde. Le chiffre d’affaires du Groupe se répartit entre €2,9 milliards pour l’activité princeps (+3 % à taux constant) et €1,3 milliard pour l’activité générique (+8 % à taux constant).
  • Un résultat opérationnel de 7,4 % sur le chiffre d’affaires 2017-18 résultant tant de la volonté du Groupe d’investir pour son développement à l’international que de la perte de brevets.
  • 22 000 collaborateurs, dont 5 000 en France et 17 000 à l’international.
  • Une présence à l’international qui représente 93 % du chiffre d’affaires, hors activité générique.
  • Une position de leader confirmée en cardiologie avec €2,1 milliards, soit 71 % du chiffre d’affaires, hors activité générique.
  • La mise en œuvre de priorités stratégiques avec, notamment, l’acquisition de la branche oncologie de Shire (pour $2,4 milliards) qui permet au Groupe d’établir une présence commerciale directe aux Etats-Unis et de renforcer sa gamme de médicaments en oncologie. En France, l’avancement des projets concernant l’Institut de Recherche Servier de Paris-Saclay et le centre de bioproduction sur le site de Gidy illustrent également la mise en œuvre de priorités stratégiques du Groupe.
  • 100 millions de patients traités quotidiennement avec les médicaments princeps et génériques du Groupe.

 

Paris, France – 31 janvier 2019 – Servier, laboratoire pharmaceutique international indépendant, annonce ses résultats pour l’exercice 2017-2018 et les principaux faits saillants de son activité.

Une croissance soutenue du volume des ventes

Le chiffre d’affaires du Groupe réalisé au cours de l’exercice 2017-2018 s’élève à €4,2 milliards. Ce résultat a notamment pour origine un effet volume positif de la vente de nos médicaments, en augmentation de 8 %, atténué par un effet prix et un effet devises défavorables, dus à la forte présence du Groupe hors zone euro, ainsi que par la perte de brevets, notamment au Canada et sur l’ensemble des pays pour le médicament Procoralan®. Ceci explique qu’à taux réel, le chiffre d’affaires affiche une croissance de 0,6%.

Le chiffre d’affaires princeps (€2,9 milliards) représente 69 % du chiffre d’affaires consolidé et celui des génériques 31 % (€1,3 milliard).

Deux nouveaux médicaments de la gamme princeps affichent une très bonne performance : Lonsurf®[1], dans le domaine de l’oncologie digestive, dont les ventes ont progressé de plus de 62 %, et Triplixam®, dans le domaine cardiovasculaire, avec un chiffre d’affaires en augmentation de 39 %.

 

Chiffres clés (au 30 septembre 2018)

 

 

(en millions d’euros)

2016/17
 

2017/18

 

Variation

taux constant

 

Variation
taux réel

 

% du CA

     
Chiffre d’affaires Groupe4 1524 1764,5%0,6%
Chiffre d’affaires princeps2 9452 8903,0%(2%)69%
Chiffre d’affaires génériques1 2071 2868,0%7,0%31%
Résultat opérationnel  525   307(42%)7,4%
EBITDA  623   402(35%)9,6%

 

Mise en œuvre de priorités stratégiques du Groupe

L’acquisition le 31 août 2018 de l’activité oncologie du Laboratoire Shire constitue l’évènement majeur de l’exercice et une étape essentielle dans l’ambition de Servier. Elle répond à deux objectifs : établir une présence commerciale directe aux Etats-Unis, tout en renforçant notre portefeuille de médicaments en oncologie, avec la mise sur le marché de deux nouveaux médicaments (Oncaspar®[2] et Onivyde®[3]) dans les pays déjà couverts par le Groupe. Cette opération majeure de croissance externe a représenté un investissement de 2,4 milliards de dollars, financée à plus de 50 % en fonds propres, en complément d’un emprunt auprès d’un pool de banques. Elle illustre la mise en œuvre de la stratégie du Groupe, qui vise à étendre son empreinte géographique et à devenir un acteur majeur en oncologie.

« En 2018, nous avons concrétisé une de nos priorités stratégiques avec l’établissement commercial direct de Servier aux Etats-Unis et un portfolio en oncologie plus large pour mieux répondre aux besoins des patients et des professionnels de santé. Ces résultats sont en ligne avec le déploiement de notre plan à 5 et 10 ans », a déclaré Olivier Laureau, Président du groupe Servier.

L’humain fait partie intégrante de la stratégie de Servier. En 2018, plusieurs filiales du Groupe ont reçu des labels RH, telles que la Pologne (Egis), Servier Italie et Servier Amérique centrale. Le Groupe a également reçu le label Happy Trainees et intègre la 4e place du palmarès des entreprises internationales plébiscitées par les étudiants pour la qualité de leur politique de stage. Ces labellisations illustrent l’engagement du Groupe dans l’insertion professionnelle des étudiants et des jeunes diplômés et le développement de ses collaborateurs.

 

Maintien d’une position de leader en cardiologie

Avec un chiffre d’affaires de €2,1 milliards (71 % du CA princeps), Servier conserve sa position de leader en cardiologie – 2e en Europe et 8e mondial – avec la gamme de médicaments la plus étendue du marché qui couvre la plupart des besoins des patients.

 

Une croissance portée par l’international

Les médicaments princeps et génériques du Groupe traitent quotidiennement 100 millions de patients dans 149 pays. Le chiffre d’affaires hors de France s’élève à €3,2 milliards et représente
76 % du chiffre d’affaires consolidé. Onze pays réalisent un chiffre d’affaires supérieur à €100 millions. Le chiffre d’affaires hors Union européenne représente 48 % du chiffre d’affaires consolidé. Les principaux pays contributeurs, hors Union européenne, sont la Chine, la Russie, le Canada et le Brésil.

Une présence durable et des investissements pérennes permettent au Groupe d’être un acteur majeur dans de nombreux pays à fort potentiel. Ainsi la Chine, le Brésil, la Turquie et l’Ukraine ont connu une croissance supérieure ou égale à 10 % en devise locale et figurent parmi nos 20 premiers pays en termes de chiffre d’affaires.

Plus de 9 boîtes sur 10 de médicaments princeps Servier traitent des patients hors de France.

Le Groupe poursuit son développement à l’international avec l’ouverture, en 2018, aux Etats-Unis d’une filiale commerciale, Servier Pharmaceuticals. Aux Etats-Unis Servier a également ouvert en 2018 Servier BioInnovation. Situé en plein cœur du hub mondial des sciences de la vie de Cambridge, ce nouveau site a pour mission de renforcer la visibilité du Groupe, d’attirer les talents, d’établir des partenariats de Recherche et de Développement à travers une représentation dédiée dans l’un des meilleurs centres d’innovation mondiaux.

 

Une stratégie « d’open innovation » pour accélérer la Recherche et développer le portefeuille

Disposant de 33 projets de recherche et de 33 candidats médicaments en développement, Servier enrichit avec dynamisme son pipeline en intensifiant le développement de partenariats. Au cours du dernier exercice, le Groupe a signé des partenariats notamment dans les domaines des maladies neurodégénératives, avec Treventis, auto-immunes, avec ImmunoQure ou encore métaboliques, avec Scandicure.

L’investissement du Groupe dans le domaine du cancer se traduit, en termes de résultats, par 16 candidats médicaments anticancéreux innovants en développement clinique (sur les 33 en cours) et l’acquisition de deux nouveaux médicaments (Oncaspar®[4] et Onivyde®[5]).

Dans le domaine de la e-santé, WeHealth by Servier a pour vocation d’inscrire le Groupe dans la santé numérique en créant et co-développant, avec des startups du monde entier, des solutions complémentaires des aires thérapeutiques et des médicaments Servier. WeHealth lance en Europe CardioskinTM[6], une solution connectée, marquée CE, qui enregistre en continu l’activité cardiaque. Au cours du dernier exercice, WeHealth a signé de nouveaux partenariats dans le domaine de l’oncologie, avec Deeplink Medical et du diabète, avec la fondation américaine Peter Sheehan Diabetes Care Foundation. Aux Etats-Unis, WeHealth, a également établi un partenariat avec l’Université de Californie (UCSF, San Francisco) pour identifier les startups les plus prometteuses dans l’e-santé.

Au total, Servier dispose aujourd’hui de 50 alliances de recherche avec des partenaires publics ou privés.

 

Une activité générique en croissance

Les génériques sont produits par quatre filiales du Groupe présentes en France, en Europe de l’Est, au Brésil et au Nigeria. Le Groupe dispose aujourd’hui de 1 500 médicaments génériques couvrant la majorité des pathologies.

La part de l’activité générique dans le chiffre d’affaires du Groupe est de €1,3 milliard (31 % du CA consolidé). En progression de 8 % à taux constant, cette activité continue à se développer et à se diversifier notamment dans le domaine des médicaments OTC[7] et des biosimilaires[8]. En France, le Groupe a lancé 80 nouveaux médicaments génériques en 2018.

 

Un fort ancrage français

Les ventes de l’ensemble des médicaments princeps et génériques en France métropolitaine s’élèvent à €985 millions.

95 % des principes actifs de médicaments princeps du Groupe sont produits en France. Cette politique vise à favoriser l’emploi et les investissements dans l’Hexagone. En 2018, Servier a participé à hauteur de 36,6 % à l’excédent de la balance commerciale française du secteur pharmacie et chimie fine, ce qui représente €1,4 milliard.

Le Groupe a maintenu sa création de valeur en France en continuant à investir dans ses activités de production et de R&D, notamment sur le site de Bolbec (Normandie) pour son infrastructure de chromatographie préparative.

L’investissement dans le futur Institut de Recherche Servier Paris-Saclay (€290 millions) et dans la création d’une unité de bioproduction (€50 millions) sur le site de Gidy (Loiret, France), confirment également le choix du Groupe de développer la création de valeur en France. Le démarrage de l’activité de bioproduction et la pose de la première pierre du futur Institut de Recherche sont prévus courant 2019.

 

Perspectives

Dans le cadre de ses orientations stratégiques, le Groupe va prioritairement :

  • Renforcer sa présence aux Etats-Unis dans le domaine de l’oncologie ;
  • Intensifier sa présence mondiale en cardiologie et en oncologie ;
  • Accélérer ses programmes de Recherche et Développement innovants avec une orientation forte en oncologie, notamment dans le domaine des CAR-T ;
  • Intensifier le déploiement de sa stratégie digitale ;
  • Développer et attirer les talents pour accompagner le développement du Groupe ;
  • Renforcer la présence des patients dans toutes ses actions, en travaillant avec et pour les patients, afin d’apporter des solutions thérapeutiques innovantes qui répondent au mieux à leurs besoins.

Une stratégie qui doit permettre au Groupe d’atteindre ses objectifs fixés à l’horizon 2021 : le lancement d’une nouvelle entité moléculaire tous les trois ans, se positionner comme un acteur de référence en oncologie, tout en maintenant notre position en cardiologie et dans le diabète. En termes de résultats, l’objectif pour le Groupe est d’atteindre en 2021, 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 8 % de résultat opérationnel.

 

Contacts presse :

Sonia Marques    : media@servier.com – Tél. +33 (0)1 55 72 40 21 / + 33 (0) 7 84 28 76 13
Karine Bousseau                : media@servier.com – Tél. +33 (0)1 55 72 60 37

 

[1] En juin 2015, Taiho Pharmaceutical et Servier ont conclu un accord de licence exclusive pour le co-développement et la commercialisation de Lonsurf en Europe et dans les autres pays, à l’exception des États-Unis, du Canada, du Mexique et du continent asiatique. Dans les pays asiatiques en dehors du Japon, TTY Biopharm, partenaire commercial de Taiho Pharmaceutical, a mis Lonsurf sur le marché à Taïwan en juillet 2018, et Jeil Pharmaceutical s’apprête à commercialiser le médicament en Corée du Sud.

[2] Oncaspar® (pegaspargase). Servier dispose des droits mondiaux d’Oncaspar.

[3] Onivyde® (formulation liposomique pégylée d’irinotécan). Servier dispose des droits d’Onivyde hors Etats-Unis et Taiwan.

[4] Oncaspar® (pegaspargase). Servier dispose des droits mondiaux d’Oncaspar.

[5] Onivyde® (formulation liposomique pégylée d’irinotécan). Servier dispose des droits d’Onivyde hors Etats-Unis et Taiwan.

[6] Cardioskin est développé en partenariat avec BioSerenity.

[7] Un médicament en vente libre, appelé aussi médicament de comptoir ou médicament OTC, est un médicament pouvant être  vendu sans nécessité de prescription ou d’ordonnance et délivré par un professionnel de la santé.

[8] Médicaments similaires à un médicament biologique, dit de référence, dont le brevet est tombé dans le domaine public.